Ciencias y Arte

Noticias y comentarios sobre Ciencia Política, Administración Pública, Economía y Arte

>Sortie de crise : le troisième scénario

>

Par Christian Saint-Etienne, professeur des universités et membre du Conseil d’analyse économique (LE MONDE, 01/04/09):

Plusieurs causes expliquent la crise, qui ont conduit à une perte de confiance brutale à l’automne 2008 et à un désendettement des ménages et des entreprises qui peut être durable. La question de la sortie de crise est controversée : sortie plus ou moins rapide ou bien dépression durable. Que faut-il en penser ?

La crise résulte d’abord de l’excès de création de liquidités, au plan mondial, depuis 2001, qui a favorisé la montée de l’endettement des ménages et des entreprises dans l’ensemble du monde anglo-saxon et dans certains pays de la zone euro, ainsi que la spéculation sur les marchés des matières premières. Elle résulte, ensuite, des déséquilibres globaux entre des pays ayant des excédents considérables de balance courante des paiements et des pays ayant des déficits tout aussi gigantesques.

Ajoutons des normes comptables qui ont été des accélérateurs de crise ; des normes prudentielles qui ont contribué à dissuader banques et assurances de se porter acquéreurs de titres à long terme ; enfin, un développement des marchés de gré à gré de produits dérivés qui peuvent tomber en catalepsie lorsqu’un acteur majeur de ces marchés fait faillite. Chacune de ces causes, séparément, n’aurait pas conduit à la catastrophe mais leur combinaison était dangereuse. Or, deux mèches ont fait exploser la poudre. D’une part, une mèche lente, la crise des subprimes, qui a affaibli les banques en menaçant leur liquidité, puis leur solvabilité. D’autre part, une mèche rapide qui a été le déclencheur final : la faillite de Lehman Brothers le 15 septembre 2008.

UNE CHANCE SUR SEPT

Personne ne sait quand et comment on sortira de cette crise. Deux scénarios sont aujourd’hui privilégiés. Selon le premier, avec une probabilité écrasante de cinq chances sur sept, la sortie de crise sera lente car le mouvement de désendettement prendra deux ou trois ans. La croissance future dans les pays développés, qui ne sera plus dopée par l’endettement, sera durablement plus faible que celle observée au cours des dix dernières années. Le produit intérieur brut (PIB) de l’ensemble développé (Etats-Unis, Union européenne, Japon) baissera de 2 % en 2009 et ne remontera que de 1 % en 2010 : il faudra attendre 2011 pour retrouver le niveau de 2008. Tout dépendra ensuite de la vitesse de basculement vers une croissance “verte”.

Le second scénario est celui de la dépression. Il prévoit qu’une erreur plus ou moins accidentelle plonge le monde dans la tragédie. On peut imaginer au choix : une seconde faillite de l’ampleur de Lehman, une attaque israélienne sur l’Iran, une implosion financière incontrôlée de l’Europe centrale et de la Russie, etc. Dans ce scénario, le PIB de l’ensemble développé, précédemment défini, chute de 10 % à 15 % en cumulé au cours des trois années 2009-2011. Le taux de chômage dépasse nettement 15 % pour la seule zone euro. Le chaos se répand dans le reste du monde. Je n’exclus pas cette hypothèse, mais ne lui assigne qu’une chance sur sept de réalisation.

Un troisième scénario existe : celui d’un rebond beaucoup plus ferme que le premier scénario, dès l’automne de cette année. Les Etats-Unis et la Chine, dont les économies sont très liées, pourraient connaître une stabilisation de leurs taux d’épargne et de leurs déficits extérieurs au second semestre 2009. Leur rythme de croissance s’accélérerait significativement dès l’automne et le rebond de leurs investissements tirerait l’Allemagne de sa torpeur. La croissance du bloc Allemagne-France-Italie-Benelux dépasserait 1,5 % l’an au cours de l’hiver prochain sous l’effet des plans de relance et pourrait même s’accélérer au cours de l’année 2010. Les autres pays de la zone euro souffriraient plus longtemps.

Ce troisième scénario n’a aujourd’hui qu’une chance sur sept de se réaliser, mais il faut le garder en tête pour deux raisons. Il explique d’abord pourquoi il faut privilégier le chômage partiel aux licenciements, car il serait insupportable de rater une reprise par manque de personnels qualifiés. Il pourrait, ensuite, advenir avec une vigueur insoupçonnée car la focalisation sur l’endettement fait oublier que les ménages et les entreprises n’ont pas qu’un passif financier, mais aussi des actifs ! Même si les Bourses stagnent et si l’immobilier se déprécie comme envisagé, les patrimoines, nets d’endettement, des ménages des trente pays développés agrégeant 60 % du PIB mondial seront encore nettement supérieurs à cinq fois leur revenu annuel au 30 juin 2009. Les seuls patrimoines financiers nets atteindront alors plus de deux fois leur revenu annuel : ce n’est pas exactement le début de la fin du monde !

En dépit des analyses pessimistes et du déluge de mauvaises nouvelles depuis septembre 2008, il adviendra nécessairement que les ménages des pays développés réaliseront qu’ils sont toujours vivants ! De plus, 300 millions de ménages des classes moyennes des pays émergents ne demandent qu’à consommer ! Ne pas se préparer à l’éventualité du troisième scénario peut être mortel pour les entreprises comme pour les Etats !

Fuente: Bitácora Almendrón. Tribuna Libre © Miguel Moliné Escalona

abril 6, 2009 - Posted by | economía

Aún no hay comentarios.

Deja un comentario

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: